Aricle du journal Le Progrès

Ci-dessous un article paru dans le journal "Le progrès"
et réalisé par M POMMIER journaliste.

Avant de parler de Jean de COLIGNY qui fut certainement l'un des plus grands seigneurs de la Motte, voici aujourd'hui ce que nous avons découvert au sujet des châteaux.                A tout... seigneur, tout honneur.
Laissons la parole à M. Gaston VACHIAS, également un grand monsieur fort sympathique, comme d'ailleurs toute sa famille. Et qui, comme nous l'avons relaté dans une précédente édition, s'est fait un plaisir de nous parler de ce que furent les châteaux.

Des pierres, que des pierres et sûrement de petites richesses.

En réalité, il ne reste des deux châteaux de la Motte que des pierres ; on en trouve partout dans la commune aussi bien en haut qu'en bas, dans les maisons mêmes car la plupart servirent à la construction même de belles propriétés.

« Le trésor existait, écrivait l'instituteur DECLOITRE, c'était le château lui-même acheté par des rapaces que la supposition de richesses imaginaires alléchait ;
ce bijou d'architecture a été mis en fort mauvais état par leurs recherches et laissé sans réparations possibles ».

Gaston VACHIA ainsi que M. MILLERAT, ancien entrepreneur, ne sont pas tellement d'accord sur le terme de « rapaces » surtout quand l'instituteur affirme qu'un autre « rapace » est survenu en la personne de l'abbé VACHIA.

Pour M. MILLERAT, il est certain qu'il y eut de grosses erreurs de commises, mais ce qui est sûr par contre c'est que toutes les pierres ont bel et bien été vendues et non pas dérobées. « Il existe d'ailleurs un livre de tous ceux qui en achetèrent » nous confia Gaston VACHIA ; il serait peut-être bon de le consulter pour voir quelles maisons ont été construites en pierres du château.

Mais pour Gaston VACHIA, son aïeul d'abbé eut certainement des torts, le principal étant d'avoir abattu ce portail de pierre qui était magnifique. « Il le fit démolir car il ne pouvait pas y passer ses chars ». Lors de la discussion, nous apprîmes également que Antoine VACHIA avait été Maire de Digoin en 1870. Gaston VACHIA a découvert sur la terrasse même du château, il y a 20 ans, quelques pierres magnifiques qui venaient certainement du château fort.

Il nous a fait visiter cette bien belle propriété, qui même si elle se situe dans les dépendances du château de COLIGNY, n'en garde pas moins un cachet très particulier dont le charme principal est la situation exceptionnelle de par sa vue imprenable qui domine toute la vallée. Elle permet de découvrir aussi bien Roanne que tous les monts du Forest, mais également, le Puy-de-Dôme et toute la chaine de montagne d'Auvergne.

On ne se lasse pas de cette vue magnifique et la famille VACHIA-CATELAN le sait bien, et c'est aussi pour cette raison, et on la comprend, que cette propriété garde son caractère privé. « Que voulez-vous, nous dit Gaston VACHIA, notre famille est grande, il y a beaucoup d'enfants et maintenant de petits-enfants, ici quand ils viennent en vacances, ils sont chez eux ; si par malheur nous donnions l'autorisation d'accès à la terrasse, il en serait fini de notre tranquillité.
 
A la Motte, tout le monde comprend fort bien cela, et le château et ce qu'il en reste, c'est-à-dire la terrasse et ses à-côtés, ont toujours été respectés des Mottois qui ont beaucoup d'estime pour ces gens qu'ils considèrent plutôt comme des amis de toujours.


Le jour où nous sommes… montés à la Motte (selon la formule consacrée) M. et Mme VACHIA revenaient de l'enterrement d'une bonne vieille Mottoise qui avait passé toute sa vie dans la commune. Quand on parle d'eux avec « Lolo » ZENNER par exemple, même si pour lui ce sont déjà des amis, ils sont quand même les propriétaires du château ou tout au moins ce qu'il en reste. Ils font aussi l'impossible pour conserver intacts les murs, mais cela ne va pas sans leur occasionner de grands frais ; pensez-donc, rien que la terrasse si elle donnait des signes de faiblesses, ce sont des millions qu'il faudrait investir pour la restaurer.

« Bien sûr, les Beaux-Arts seraient intéressés, nous a dit Gaston VACHIA, mais le voeu le plus cher de notre famille, c'est de faire ce que nous pouvons le mieux possible et garder notre indépendance ».

Il est certain qu'un tel site pourrait être classé sans difficultés, surtout, ajoute M. VACHIA : « il fut à l'origine l'un des tout premier château de la Loire ». Il y aurait bien sûr de quoi faire une promenade merveilleuse et même pourquoi pas en été un spectacle son et lumière qui retracerait la vie des COLIGNY. Mais de tout ceci, il n'en est nullement question à moins qu'un jour l'artiste qu'est Gaston VACHIA ne tente quelque chose...